La Virgule à Strasbourg accueille l’exposition “Wake Up, Europe !”, du 22 juin au 1er juillet.

Un parfum de déjà vu… Voilà ce que dégage l’exposition préparée par le musée historique de Bosnie-Herzégovine

L’idée est de montrer la mobilisation mondiale contre la guerre qui a frappé la Bosnie-Herzégovine entre 1992 et 1995. 

100 000 morts, des millions de réfugiés, des atrocités qui rappelaient la seconde guerre mondiale, le conflit avait bouleversé toute la planète.

L’expo se focalise sur les engagements d’associations, d’artistes, de particuliers, pour dénoncer les crimes et mobiliser les gouvernements. 

Parce qu’à l’époque, il y avait une forme de passivité des gouvernements. L’Otan n’est intervenu qu’en 1995. Nous montrons la mobilisation de l’opinion publique, son imagination

nous explique Nicolas Motte, historien, qui a travaillé sur cette exposition et qui vit à Sarajevo.

Photos, coupures de journaux, tracts, “Wake Up, Europe !” souligne la mobilisation populaire qui a, peut-être, changé les choses. 

On ne peut pas dire que ça a arrêté la guerre. Mais l’action des populations à travers le monde a donné du courage aux victimes de cette guerre. J’ai des témoignages qui parlent d’une aide extraordinaire, de liens humains. 

Comme en Ukraine ?

Clairement, le parallèle est frappant et très facile avec la guerre en Ukraine.

Il y a les mêmes mots qu’en 1995 : “atrocités, crimes, barbarie...” 

Les mêmes photos de réfugiés qui fuient vers l’Europe. 

Les mêmes clichés de convois humanitaires.

Les mêmes condamnations des gouvernements. 

Oui, mais il y a une différence. Cette fois, les gouvernements s’engagent, contre la Russie, l’agresseur. À l’époque, ils n’ont pas ou peu bougé, laissant les gens se débrouiller entre eux en Bosnie-Herzégovine. 

Qu’est ce qui fait qu’on se mobilise pour une cause, contre une guerre par exemple ? La question n’a pas de prix. Mais elle peut changer le cours de l’histoire.

Même si en sortant de là, on se dit qu’elle ne cesse de se répéter…

Témoignage et leçon d’histoire de Nicolas Molle, en vidéo sur Tchapp.

“Wake Up, Europe !”, 4 rue de la coopérative à Strasbourg, dans les locaux des Ateliers Éclairés.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Vous avez déjà donné votre avis.

J'aime 1
Indifférent 0
J'aime pas 0